Les frais du procès à la charge de l’employeur11/09/2017  



Après avoir mené des opérations de vente de biens immobiliers validées par le conseil de direction et de surveillance de sa société, un salarié est poursuivi en justice pour complicité d’abus de biens sociaux. Mais son employeur refuse de prendre en charge les frais qu’il doit engager pour assurer sa défense. A tort estime la Cour de cassation. Lorsqu'un salarié est pénalement poursuivi en raison de faits commis dans le cadre de ses fonctions, sans avoir abuser de celles-ci à des fins personnelles, l'employeur doit prendre en charge les frais exposés par l'intéressé pour assurer sa défense. En effet, investi par la loi du pouvoir de direction et de contrôle des salariés placés sous sa subordination juridique, il est tenu de garantir ceux-ci à raison des actes ou faits qu'ils passent ou accomplissent en exécution du contrat de travail.

La décision de justice  : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000035147556&fastReqId=599887362&fastPos=1


 Autres articles sur le même sujet :
Il faut être poursuivi pour être condamné

Une femme est citée devant la juridiction de proximité pour avoir maintenu en circulation un véhicule immatriculé à son nom sans avoir satisfait aux obligations de contrôle technique.

Menace de mort : pas d’infraction sans support

Un homme est poursuivi en justice pour avoir menacé de mort ses 4 employées.

Menace de mort : pas d’infraction sans support

Un homme est poursuivi en justice pour avoir menacé de mort ses 4 employées.

Prendre des produits périmés n’est pas du vol

La directrice d'un supermarché est poursuivie pour vol. Son employeur lui reproche d'avoir soustrait des produits périmés qui avaient été mis à la poubelle du magasin dans l'attente de leur destruction.

Gifle policière : une atteinte à la dignité

Deux frères se plaignent d’avoir été giflés par des agents de police alors qu’ils se trouvaient dans les locaux du commissariat.

Les particuliers évaluent mieux leur bien

Selon les résultats du sondage mené par Vivastreet.com, les particuliers, mieux informés et de plus en plus indépendants dans leur transaction, se détachent des professionnels de l’immobilier pour évaluer leur bien.